www.antithaksin.com

Ultimate objectives of PAD

       a. PAD wants to get rid of corruptions. Thaksin, the billionaire civilian dictator, has left Thailand with extensive high level of corruptions and proxy politicians. Having cheated the country while in power, Thaksin hid his corrupt billion of dollars worth of assets overseas. When ousted, Thaksin is subjected to numerous convictions but cowardly fled jail overseas and pull strings on politicians to sabotage his homeland.

       b. PAD protects the Monarchy. Thaksin wants to launder himself through amending the laws with his proxy politicians, while trying to abolish the Monoarchy and make himself a President, that is to cause turmoils and change Thailand from being a "Kingdom" to a "Republic" in stead.

       c. As a permanent cure for Thailand, PAD wants to get real democracy for Thailand. At present it is a fake democracy with bad on-sale politicians.

       d. To achieve all above a, b, c we have to get rid of Thaksin and his proxy politicians and punish them according to the laws.


    Brève histoire

    Langue française

    Thaïlande: nouvelle enquête sur Thaksin

    ( Last edit 2010-06-12 )

    par Le Figaro joe le 10 juin 2010
    Merci pour cette Br21 Aricle

    Le pouvoir thaïlandais va rouvrir une enquête sur l'exécution extra-judiciaire présumée de quelque 2.500 personnes lors d'une "guerre contre la drogue" menée par le gouvernement de Thaksin Shinawatra au milieu des années 2000, a indiqué le ministre de la Justice aujourd'hui.

    Thaksin, en exil et désormais ennemi public numéro un du gouvernement, est poursuivi pour "terrorisme". Il est soupçonné d'avoir financé le mouvement des "chemises rouges", manifestants antigouvernementaux qui ont occupé Bangkok entre mars et mai pour faire chuter le Premier ministre Abhisit Vejjajiva.

    Le ministre de la Justice Pirapan Salirathavibhaga a indiqué que l'enquête pourrait aboutir à sa poursuite devant la Cour pénale internationale (CPI), tout en niant une procédure à caractère politique.

    "Le gouvernement veut poursuivre le travail des gouvernements précédents", a-t-il dit. "Cela n'a rien à voir avec de la politique ou une tentative d'agir avec malice contre qui que ce soit, mais il y aura des inculpations contre quiconque sera jugé responsable, en Thaïlande ou à l'extérieur".

    Une première enquête avait été menée par le gouvernement de Surayud Chulanont, mis en place en 2006 par une junte militaire après le coup d'Etat contre Thaksin. Elle avait conclu à la mort par erreur de 1.200 personnes dans cette opération organisée contre les trafiquants de drogue du pays.

    Thaksin avait à l'époque évoqué des "bandits qui s'entretuent". Mais les groupes de défense des droits de l'Homme avaient fait état de 2.500 exécutions extra-judiciaires entre 2003 et 2004.

    Cette décision de rouvrir le dossier intervient alors que le gouvernement a créé une commission dite indépendante pour faire la lumière sur les 90 morts et 1.900 blessés dénombrés lors des deux mois d'occupation de Bangkok par les opposants "rouges".

    Thaksin a déjà été condamné à deux ans de prison ferme en 2008 dans une affaire de corruption. La Cour suprême a par ailleurs saisi fin février la moitié de sa fortune, soit l'équivalent de 1,4 milliard de dollars.



CLICK for the dictator Thaksin