www.antithaksin.com

Ultimate objectives of PAD

       a. PAD wants to get rid of corruptions. Thaksin, the billionaire civilian dictator, has left Thailand with extensive high level of corruptions and proxy politicians. Having cheated the country while in power, Thaksin hid his corrupt billion of dollars worth of assets overseas. When ousted, Thaksin is subjected to numerous convictions but cowardly fled jail overseas and pull strings on politicians to sabotage his homeland.

       b. PAD protects the Monarchy. Thaksin wants to launder himself through amending the laws with his proxy politicians, while trying to abolish the Monoarchy and make himself a President, that is to cause turmoils and change Thailand from being a "Kingdom" to a "Republic" in stead.

       c. As a permanent cure for Thailand, PAD wants to get real democracy for Thailand. At present it is a fake democracy with bad on-sale politicians.

       d. To achieve all above a, b, c we have to get rid of Thaksin and his proxy politicians and punish them according to the laws.


    Brève histoire

    Langue française

    Traduit de l'original par la Cour suprême juge Yindee Torsuwan Watcharapong: lèse-majesté la loi 112 / Ar Kong Case

    ( Last edit 2012-02-17 )

    Cet article est sur les principes académiques de la rectitude d'exercice de l'autorité judiciaire qui exige des principes très intelligent (Dharma) soi-disant «Atamayata" et mondains de renseignement pour vivre sainement, mentalement et physiquement mondains (mondaine) pour seulement, la préservation de la culture de la prospérité, et la moralité. La raison en est que la fonction judiciaire actuel n'est au milieu des conflits sociaux et de haute perversité résultante sociale (U-Batwa en pali signifie que les résultats des conflits. Partout où un conflit surgit, le fait de méchanceté). En conséquence de la méchanceté, le tribunal a le devoir d'exercer légitimement basée sur la justesse des religions légalité, la culture, la moralité et sans doute.

    L'information des médias publics sur le cas de lèse-majesté de Mr.Amporn, connu comme Ar-Kong, 61 ans, révèle qu'il a envoyé des SMS à partir de téléphones mobiles à des tiers. Les SMS se composent de diffamation blasphématoire et des mots abusifs aux institutions Royal, diffamations à la reine. Les condamnations judiciaires du prévenu à 5 ans d'emprisonnement pour chaque acte. Il a commis quatre actes en tout,soit un total de 20 ans de prison, dans le numéro de l'affaire Red 4726/2554. Dans un autre cas, Mr.Lerpong Wichai CommArt ou Sin Sae-Juif ou Joe Gordon, 54 ans,Thaï-nés avec la nationalité américaine, est emprisonné avec une peine relevé de 2-et-une demi-année après avoir plaidé coupable de lèse Majesté et à l'instigation du grand public à violer la loi.

    Les deux phrases étincelles critiques contre la cour. Ces critiques accusent la cour de la punition excessive et en outre une proposition de suppression de procédure pénale,Loi sur les codes article 112. Un ambassadeur étranger et Haut-Commissaire aux droits de l'homme appellent à une modification des lois lèse-majesté, et de demander au gouvernement d'ordonner à la police et le procureur de l'État de s'abstenir de faire payer les gens avec des lois subtiles. En attendant la Vérité pour la réconciliation de la Commission de la Thaïlande (TRC) est sorti de proposer l'unité et l'intégration de toutes les autorités impliquant dans la loi lèse-majesté. Aussi TRC propose que ces cas devraient être soumis au jugement de procureur de l'État de poursuivre ou non, alors les défendeurs lèse-majesté serait admissible à une libération temporaire sous caution.En outre, il devrait y avoir des procédures normalisées pour des cas lèse-majesté, pour ne pas être maltraité pendant le temps des conflits politiques.

    Dans l'intervalle, le gouvernement n'a jamais poursuivi ces sites répandue lèse-majesté qui minent la sécurité nationale. Le gouvernement, par le Vice-Premier Ministre, vient vaguement d'accord avec la suppression de sites Web lèse-majesté avec l'achat d'instruments de la répression sites coûtant 400 000 000 bahts (13 millions USD). Si elles peuvent réellement supprimer ces sites, ils peuvent également être utilisés pour la protection ou pour chanter les auteurs en fonction des souhaits du contrôleur instrument.

    Les récentes revendications nationales et internationales que les peines du tribunal,conformément à l'article 112 pour les condamnés lèse-majesté, violent les droits humains et ne sont pas des normes universelles de justice comme en témoigne "Ar-Kong cas» et «Joe Gordon cas" pour justifier l'abrogation de l'article 112 , sont en contraste avec la présence à long de l'appartenance des traités des Nations Unies aux droits de l'homme.

    L'auteur tient à soulever des questions au point que l'article pénal codes 112 est conforme aux principes des droits humains et des standards internationaux des traités internationaux dont la Thaïlande a déjà été membre.

    1.L'histoire et la culture thailandaise

    Historiquement et culturellement, le roi est le chef de l'Etat. De temps anciens, les rois étaient les dirigeants et les chefs de l'armée en temps de guerre, ainsi que les administrateurs de la diplomatie afin de protéger les terres et les citoyens de l'invasion étrangère. Les Rois-Unis les territoires depuis Sukhothai, Ayudhaya, Thonburi et Ratanakosin étaient capitales. Les rois et les institutions royale a donc affection et une affinité pour le peuple. Les gens aiment, le respect, le culte et sont reconnaissants aux institutions Rois et Royal en raison de la benefaction séculaire et le patronage des rois envers le peuple et le pays. Par conséquent, la culture thaïlandaise est né comme une culture avec le roi comme le chef à qui tous les citoyens thaïlandais ont loyauté et psychologiquement tourner. Ainsi, les institutions royale ont été des noyaux de la sécurité nationale thaïlandaise.

    Lorsque le pays a changé le système administratif pour la démocratie en «parti des citoyens», Rama HM 7, sur abdiquer le trône, a donné l'autorité administrative pour les gens afin qu'ils se gouvernent. Depuis 1932, les gouvernements lors et jusqu'à aujourd'hui ont accepté que notre culture thaïlandaise a le roi comme le chef qui les gens ont développé la loyauté, le respect et l'adoration. Les gens considèrent que les établissements royale centripète et des noyaux de la sécurité nationale du Royaume.

    En raison de cette culture, les administrations démocratiques conviennent d'appliquer ce principe à gouverner le pays qui est la monarchie constitutionnelle et a duré pendant plus de 75 ans. L'acceptation d'une telle culture est évidente dans l'article de la constitution actuelle de deux en disant: «Le Royaume de la Thaïlande est sous une monarchie constitutionnelle" et l'article 8 en disant: «HM le Roi est dans le statut très repecté dont nul ne peut transgresser, accuser, ni poursuivre en tout cas. "

    Une telle culture, les gens liant ensemble comme une nation, réside dans le cœur des gens et des âmes. Les gens réalisent que cette culture est la sécurité nationale. Par conséquent, la Constitution a adopté des politiques de l'État à préserver et à défendre la culture dans les politiques de sécurité de l'Etat l'article 77, "L'Etat doit préserver et défendre les institutions royales, la souveraineté, l'autonomie et l'intégrité de la juridiction du pays. L'Etat doit être armé avec la force militaire, des munitions, des technologies appropriées et de faire avancer pour défendre l'autonomie, la souveraineté, la sécurité d'Etat, les institutions royale, les intérêts nationaux, et la monarchie constitutionnelle, ainsi que le développement du pays. "En outre, plusieurs autres articles de la constitution ont confirmé que la culture centripètes de la sécurité nationale. La Constitution de 2007 a passé le référendum national afin de confirmer l'accord national que la nation entière a l'intention de conserver cette culture de la sécurité nationale dans laquelle le roi est le chef et inviolable.

    La Thaïlande n'a jamais été une colonie ou sous protectorat de tout pays. La Thaïlande est un petit pays qui a constamment préservé son autonomie en raison de la culture dans laquelle le roi est la tête et la réalisation centripète de la nation tout entière.L'assimilation nationale, en prenant sur une nation, annihilation total peut être possible après une élection injuste, les fraudes électorales et l'environnement démocratique tels que définis contre la «démocratie».

    Depuis l'intégration des races est inforbidable, thaï-né des autres races de pays riche ou super-puissance peut devenir un Premier ministre de Thaïlande par le biais d'une élection. Soit personne nationale thaïlandaise ou Thai-né peut se permettre de gagner une élection. La source de fonds ne peut être tracée car il n'y a pas d'organisation efficace pour vérifier et de contrôler la source des fonds importés pour fraudes électorales.

    Les tentatives des politiciens présents thaïlandaise pour gagner les élections ne sont évidemment se ruer vers les trésors nationaux thaïlandais et le centre du pays du pouvoir. Partout où il y a un conflit entre l'exercice de l'autorité immorale contre l'entrave morale de hauts responsables gouvernementaux, il y aurait une purge pour les sortir de la voie ou de la corruption pour satisfaire leurs convoitises, exploiter et partager les trésors nationaux entre eux.

    Ces élections pour accéder trésors thaïlandaise et de pouvoir, ainsi, pourrait entraîner la administraeurs qui pourraient être des traîtres et des saboteurs. Evidemment, par exemple, une nationalité péruvienne du président héritage japonais du Pérou a remporté une élection et récupéré économie péruvienne, mais la corruption engagée et atteintes aux droits humains. Il s'est enfui du pays pour chercher refuge au Japon.

    Le moyen le plus efficace de saboter la sécurité nationale sont l'éradication de la culture psychologique de la loyauté, le respect et le culte du roi des institutions et Royal. Lèse-majesté contre le Roi et les institutions Royal pour inciter à la haine et l'inimitié n'est pas seulement de la redevance, mais aussi à la culture thaïlandaise et la sécurité nationale.

    L'infraction pénale contre l'article 112 n'est donc pas seulement une offense envers la réputation et la dignité du roi et les institutions Royal, mais également une infraction contre la culture et de la sécurité nationale. En conséquence, l'article 112 est adopté dans la loi pénale des codes, la Section des crimes contre la sécurité du Royaume qui possède des sanctions sévères pour correspondre à ces crimes.

    2. L'infraction pénale contre l'article 112 possède des sanctions conformément aux principes humanitaires tels que définis par le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

    Le Haut Commissariat pour les Droits de l'Homme question d'un traité international des droits de l'homme dans l'économie, la société et la culture qui accepte les droits culturels tels que définis dans le préambule du traité, «chacun peut jouir de ses droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que ses droits civils et politiques ». En outre,les articles 1 et 15 disent, «Les États parties à présenter Pacte reconnaissent à chacun le droit: (a) à prendre part à la vie culturelle". Ainsi, la Loi sur les codes pénal l'article112 est en conformité avec le traité des droits de l'homme dans la culture et doivent être soutenus par le Haut Commissariat pour les Droits de l'Homme.

    La revendication par le Haut Commissariat pour les Droits de l'Homme de l'injustice du droit lèse-majesté, soutient par conséquent un groupe de personnes qui veulent saper la culture thaïlandaise et la sécurité nationale. Depuis que la Thaïlande est un membre du traité, une telle réclamation par le Haut Commissariat pour les Droits de l'Homme et un ambassadeur peut être considéré comme instigateur division de la société, les citoyens et thaïlandais, qui est contre les principes des droits humains, car une telle réclamation détruit la coexistence pacifique de l'citoyens d'un membre de l'ONU, et viole les conventions internationales ainsi que la Charte des Nations Unies.

    3. Ar-Kong et les actes de Joe Gordon sont une violation des principes des droits humains tel que stipulé par Pacte international relatif aux droits civils et politiques, Article 17, 19

    l'article 17
    1. Nul ne peut être l'objet d'immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes illégales à son honneur et sa réputation.
    2. Chacun a le droit à la protection de la loi contre de telles ingérences ou atteintes.

    l'article 19
    1. Chacun a le droit d'avoir des opinions sans interférence.
    2. Chacun a le droit à la liberté d'expression, ce droit comprend la liberté de rechercher,recevoir et répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considérationde frontières, sous forme orale, écrite, imprimée ou sous la forme d'art, ou par tout d'autres médias de son choix.
    3. L'exercice des droits prévus au paragraphe 2 du présent article comporte des devoirs spéciaux et des responsabilités. Il peut donc être soumis à certaines restrictions, mais celles-ci doivent toutefois être expressément fixées par la loi et nécessaires:
    (a) Au respect des droits ou la réputation d'autrui;
    (b) Pour la protection de la sécurité nationale ou d'ordre public (ordre public), ou de la santé ou la moralité publiques.


    Ainsi, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ne donne pas la liberté d'expression. Au lieu de cela, il est une alliance internationale pour protéger les droits humains des victimes et de la sécurité nationale, ordre public, la santé publique et la moralité de la population des pays membres parce que l'alliance permet pays membres à promulguer des lois pour protéger les droits et la réputation d'autrui ainsi comme la sécurité nationale, ordre public, la santé publique et la moralité.

    La Thaïlande a promulgué les lois en conséquence pour protéger les droits et la réputation d'autrui ainsi que la sécurité du Royaume de Thaïlande, de l'ordre public, la santé publique et de la moralité, à l'article 45 de la Constitution qui stipule que «Toute personne a la liberté d'expression, parole, l'écriture, l'imprimerie, la presse, et tout moyen de communication de restriction des droits dans la première clause n'est pas autorisée, sauf prévues par les lois pour protéger la sécurité d'Etat;. droits, la liberté, la dignité, la réputation, la famille et les droits de la vie privée d'autrui; ou pour protéger la paix publique, l'ordre et la moralité, ou pour protéger la santé publique psychologique ou physique ».

    Par ailleurs, la constitution stipule la limitation de toute personne exerçant les droits et la liberté pour protéger la culture et de la sécurité du pays dans l'article 68, «Nul ne peut être autorisé à exercer les droits et la liberté comme stipulé par la constitution pour la monarchie constitutionnelle aboish ». Depuis que la Thaïlande a la constitution pour protéger la sécurité nationale culture et qui est en accord avec le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, thaï condamnation des tribunaux "Ar-Kong cas» et «Joe Gordon cas "sont, en conséquence, conformément aux principes internationaux des droits humains et pour des raisons humanitaires.

    4. La procédure judiciaire dans "Ar-Kong cas» et «Joe Gordon cas» sont basées sur un terrain qui lui revient et de justesse qui suivent les principes des droits humains des deux accusés et la victime, la tête du pays, car les droits humains ne limitent pas seulement à la prévenus et les condamnés, mais comprennent aussi les droits des victimes humaines.

    L'infraction à ces cas sont contre la tête du pays ainsi que l'affaiblissement de la culture nationale qui peut être considéré comme une tentative d'abolir le système monarchie constitutionnelle. Ainsi, il est d'une préoccupation de sécurité nationale et tous les gens qui possèdent la culture du Roi à la tête du royaume peut être considéré comme ayant violé leurs droits humains. (Tout le monde peut profiter de son droit culturel.) Par conséquent, le peuple a le droit d'accuser des personnes ou des partis politiques qui commettent une abolition de la culture nationale de sécurité connexes.Les gens ont le droit de soumettre une plainte au procureur général d'enquêter et de procéder à de dépôt à la Cour constitutionnelle de cesser une telle violation par eux-mêmes. (même sans la conclusion du Procureur général - avis de la Cour suprême juge Yindee)

    parce qu'il est si cruciale pour protéger la catastrophe de la nation résultant de l'abolition de la culture nationale de sécurité connexes. Si c'est le cas d'un parti politique qui commet une telle infraction, le peuple ne peut pas déposer une plainte devant la Cour constitutionnelle, mais le tribunal peut ordonner une dissolution du parti et les droits politiques de son politicien, si le tribunal considère appropriées,tel que stipulé par la Constitution Article 68.

    5. Pourquoi un ambassadeur étranger et le Haut Commissariat aux droits de l'homme venir dans "Ar-Kong cas» et «Joe Gordon cas", peut-être parce que d'une connaissance insuffisante de la culture thaïlandaise. Le ministère des Affaires étrangères a le devoir d'expliquer cela à des étrangers parce qu'elle implique orgueils nationaux et de la souveraineté, et pourrait affecter l'administration du tribunal, le gouvernement et la maison de la législation ainsi que l'armée royale thaïlandaise, qui ont pour protéger la sécurité du Royaume.

    Si le ministère des Affaires étrangères ignore ces explications, ou si elle ne peut pas expliquer aux nations étrangères et les organisations internationales, pour une raison quelconque, le Bureau de la Cour de justice devrait expliquer à travers le ministère des Affaires étrangères ou de conseiller le ministère des Affaires étrangères d'agir en conséquence. Si le malentendu est ignoré, le rôle des nations étrangères et les organisations internationales peuvent se tourner vers des problèmes graves pour la sécurité nationale interne.

    Article original en thaï
    Par la Cour suprême juge Yindee Torsuwan Watcharapong
    15 décembre 2011
    Traduit avec de légères modifications, si des erreurs sont présentes, elles appartiennent à Donna Livetotell

CLICK for the dictator Thaksin